Le mot « terrible » comme le blé qui se raréfie.

Le mot « miraculeux » comme un mirage amer.

Entre les deux, il y a l’absence, la soif, le blanc du sable. Trace qui n’est plus.

Arrive la pensée du néant.

Quelle est longue l’attente!

Ouvrir les yeux sur le ciel et s’y perdre.

Le mot « acrobate » comme le dernier acte joué

Le mot « taire » comme le son d’arbitraire.

Retour à l'accueil