Lundi 20 mars 2017

Je délaisse trop souvent mon écriture, lorsque je suis happée par le travail.

En rangeant, je retrouve d’anciens devoirs de fac. Ils finissent à la poubelle.

Voici l’une des appréciations :

« Travail totalement vide qui bavarde (et mal) à propos du texte ».

Je comprends aujourd’hui que ce sont les mots qui m’ont fait douter, mais aussi m’acharner. Ils ont fait de moi cet être fragile, toujours en déséquilibre, s’excusant d’être là, mais résistant encore et encore !

J’espère bavarder mieux avec moi-même, avec les auteurs que j’aime, avec le monde aussi.

 

31 juillet 1189

« Chaque matin, boire une tasse de soleil et manger un épi de blé ».

 

C’est fait !

Retour à l'accueil