Mardi 3 décembre 2014

Un article devant moi, posé sur mon bureau : construire sa vie, pas à pas. Jusqu’au bout !

Je crois que c’est ce que l’on fait tous plus ou moins.

Jeudi 11 décembre 2014

Je ne laisse pas entrer la nuit dans la maison. Je n’ouvre les volets que lorsque le jour est réellement présent. Le vent souffle, les feuilles tombent et je respire.

Ai collé sur la page de gauche de mon cahier, un fragment de Camus, retrouvé dans mes papiers. « Il vient un temps où l’arbre, après avoir beaucoup souffert, doit porter ses fruits. Chaque hiver se clôt dans un printemps. Il me faut témoigner. Le cycle après reprendra. …Je ne dirai pas autre chose que mon amour de vivre. Mais je le dirai à ma façon… D’autres écrivent par tentations différées. Et chaque déception de leur vie leur fait une œuvre d’art, mensonge tissé des mensonges de leur vie. Mais moi c’est de mes bonheurs que sortiront mes écrits. Même dans ce qu’ils auront de cruel. Il me faut écrire comme il me faut nager, parce que mon corps l’exige. »

Carnets, janvier 1936.

Se taire face à la puissance de ces mots.

Vendredi 12 décembre 2014

Mon banquier me souhaite une belle année ! En rire !

Retour à l'accueil