Je reprends l'idée de quelques conseils de lecture.

En fait, je ne cesse pas de lire...C'est un des seuls verbes que je conjugue à tous les temps.

Je viens de finir  Haruki Murakami, L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage.

C'est beau comme la musique qui comme toujours accompagne l'écriture de cet auteur.

Le lire en écoutant Franz Liszt, Le Mal du pays.

Extrait :

"- le mal...?

- c'est du français. Cela signifie quelque chose comme Home Sick ou bien mélancolie (...)".

 

Dès les premières pages j'ai été gagnée par cette mélancolie. Mais elle est douce....

 

 

Retour à l'accueil