~Lundi 11 mars 2016

Soleil sur la ville et ce vent qui glace tout. Il nettoie aussi les façades, le ciel et les âmes. Il entraîne avec lui plaintes, tourments.

Jamais je ne pourrai. Claude Roy

« Jamais jamais je ne pourrai dormir tranquille aussi longtemps

Que d’autres n’auront pas le sommeil et l’abri ».

 

Et l’on pense à tous ces gens sur les chemins à fuir et chercher une terre d’asile, à préférer la vie à la mort ! Comment peut-on ne pas le comprendre !

 

Jeudi 10 mars 2016

Face à moi, un autre paysage, fait de pierre et de poussière de glace.

Ne me manquent pas les bruits de la ville : travaux, sirènes, poubelles poussées par les hommes ou le vent, fardeau des forçats modernes.

 

Jamais je ne pourrai Claude Roy

(…) Et parce que je t’aime je dis

Il ne s’agit pas de comprendre le monde

Il faut le transformer ».

Il serait temps de s’y mettre non !!!! Chiche !!!!!

 

Dimanche 13 mars 2016

Ai besoin de silence. Je cherche ces moments-là avec gourmandise. Des portes claquent, des voix se font entendre. Tout vient fracasser mon désir.

 

Mille morts, Claude Roy

(…) Je vis de mille vies.

Je meurs de mille morts (…)

Je ne suis rien que la patience

Qu’ont les vivants à être en vie

Je vis de mille vies je meurs de mille morts.

Retour à l'accueil