~Lundi 14 mars 2016

Le froid des montagnes. Du gris sur du blanc. Que chercher dans ce paysage ? Le déplacement d’un téléphérique ? Le vol d’un hélicoptère ?

Le Temps, Claude Roy

Bête comme un moteur, bête comme un alexandrin,

Le temps piétine et bouge et marche tout le temps.

Il ne peut pas rester en place, et son chemin

Déroule son tricot de vers à soie bavant.

 

Mardi 15 mars 2016

Contre temps, Claude Roy

Ne passez pas vos jours à vous passer de vie

Ne passez pas l’amour à vous passer de temps

Ne passez pas le temps à attendre la nuit

Ni les neiges d’antan.

En un mot vivre et ne pas survivre ! vivre et s’abreuver de chaque instant.

 

Jeudi 17 mars

Je dis toujours la même chose, Claude Roy

Je dis toujours la même chose

La vie l’amour la mort le temps

Prenant les phrases toutes faites

Les vérités de tous les jours

Je ne suis ni ange ni bête

Mais je me répète toujours

 

Tout semble encore fragile. La fin de l’hiver, l’arrivée du printemps et moi et moi. Même mon écriture cherche la ligne à suivre. Seule la montagne me nargue ! Elle se tient droite et solide. Et c’est vrai, soyez complaisants, je dis toujours la même chose : le temps, la vie, le paysage.

Retour à l'accueil