Mardi 11 novembre 2014

Ai regardé un reportage sur les hôpitaux ! A ne pas faire lorsque l’on est malade, que l’on doit être hospitalisé ! Me suis trouvée stupide !

Jeudi 13 novembre 2014

Une de mes amies a 60 ans. Je n’ai pas l’impression de voir passer le temps. Et le plus étonnant c’est que je ne vois pas l’âge sur le visage de mes amies.

Je m’interroge sur ce que nous ont laissé nos parents. Que vais-je laisser à mes enfants ?

Une liste donc, Que vais-je laisser à mes enfants ?

- Des livres.

- Des conseils, des valeurs.

- De l’amour.

- Des écrits.

- Des albums.

- Du désordre.

Vendredi 14 novembre 2014 Hommage à Jules Renard.

Quand j’ouvre ma fenêtre, le matin, c’est comme si je laissais entrer la vie du dehors. Un rayon de soleil se pose timidement sur un mur blanc, une feuille poussée par un vent coquin vient se perdre sur le sol. Entre aussi les bruits : un chant d’oiseau, une voiture passe sur la route, un aboiement. Tout s’éveille, se réveille. Le jour vient chasser la nuit, la nuit fuit le jour, et s’échappe alors, au dehors, l’arôme de mon café.

Un mur blanc : l’espoir d’un vide à remplir.

Un rayon de soleil : une caresse désirée.

Le vent coquin : la promesse d’une jupe qui se soulève.

Une feuille d’automne : l’annonce du renouveau.

Et quelques faux proverbes : Cœur d’artichaut, pas de parcimonie côté cœur. Tout a du bon même le vaurien.

Retour à l'accueil