Lundi 2 février 2015

Soleil sur un paysage d’hiver.

Matinée qui passe presque trop vite. Etonnant !

Ici les patients regardent, comparent leurs cicatrices, leurs progrès, leurs cheminements. Parlent de leurs chirurgiens. Echangent sur leurs rééducations ! Cela m’étonne, me fait sourire, me plaît !

Ai eu un doute ce matin. Je veux croire que la terre arrêtera de bouger sous mes pieds, que ce foutu sol ne tremblera plus, que bientôt je conduirai, marcherai sans me poser la question de l’instabilité autour de moi !

Odeur de cigarette qui arrive jusqu’à ma chambre. Ai soudain l’envie de fumer.

N’ai pas ce matin succombé au charme italien de l’orl. Un prénom Flavio. Et me voilà à rêver à Musset. Allez savoir pourquoi ! J’avais pensé à Lorenzaccio, mais pas de Flavio dans cette pièce ! Ah ! Musset si j’avais pu te parler, je te l’aurais offert ce Flavio ! Soufflé à ton oreille ou posé sur tes lèvres.

Citation : « Qui est magister dans l’âme ne prend rien au sérieux que par rapport à ses élèves –même sa propre personne. » Nietzsche.

Ah ! Pas certaine d’en être là ! la preuve ce journal !

Retour à l'accueil