Avant de partir pour un troisième traitement et une rééducation un peu longue, j’avais décidé de prendre dans mon sac un vieil agenda pour y tenir mon journal de bord.

L’objet : Agenda 2008-2009, l’école des loisirs.

Voici ce que j’ai écrit sur la première page :

-Je découvre cet agenda. Nous sommes en 2015. Je n’avais pas pris le temps de lire les citations.

En effet, sur chaque page, se trouve une citation concernant l’éducation. J’ai entouré celles qui me semblent essentielles. Je les ai aussi annotées.

-Je donne à ce carnet de bord le titre du très beau texte de Christophe « comme si la terre penchait ».

 

Mardi 13 janvier 2015

Lieu : H.N. Marseille.

Accueil chaleureux.

Aide efficace.

Dans une chambre à deux lits, seule pour l’instant.

Silence. Attente. Pas dans le couloir.

S’habituer.

J’ai pris possession de l’espace.

S’installer.

Se faire un coin à soi. Toujours Montaigne en moi.

Pas de couverture. Presque impossible pour moi de dormir sans ! en réclamer une.

Citation sur la page : « Toute éducation tend à se nier d’elle-même. Les lois et les morales sont pour l’état d’enfance : l’éducation est une émancipation. » André Gide

J’avais oublié, ici d’autres chants d’oiseaux. Celui des oiseaux de mer.

Autre page, autre citation. Ai précisé « et oui, et oui ».

« Etudier sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans étudier est dangereux ». Confucius.

Un dessus de lit. Pas de couverture. Une couverture, par-dessus le dessus de lit ! Une histoire à la Devos.

Donc c’était exact on peut manquer de couverture à l’hôpital !

Citation sur la page : « Au reste si l’éducation de la jeunesse est négligée, ne nous en prenons qu’à nous-mêmes, et au peu de considération que nous témoignons à ceux qui s’en chargent. » D’Alembert.

Ai ajouté : pour tous les professeurs !

Pendant l’injection, ai tracé dans ma tête un court poème.

Du vent dans les pins,

Passent dans le ciel les mouettes

Elles soulignent le calme de la mer.

Retour à l'accueil