Pluie de printemps

Toute chose

Embellit

Chi Yo Ni

 

Il en avait assez de cet hiver qui durait. En lui, la sensation d’être totalement engourdi par ce froid.

La solitude lui pesait. Mais dans son état, il était incapable d’en sortir.

Cela faisait un moment, qu’autour de lui, s’était creusé le fossé qui le séparait des autres.

Plus de femme, plus de travail, plus d’amis et bientôt la fin des droits et l’expulsion.

Sa vie, comme la société, un vaste échec.

En se levant ce matin-là, mille questions le taraudaient. Aucune réponse, aucune certitude. Toujours ce vaste fossé qui, dans la nuit, s’était creusé un peu plus.

Il devait se mettre en route pour un dernier entretien. La fin de l’hiver semblait là. Une pluie fine à l’odeur de printemps venait laver la ville de ses impuretés.

Il sortit et se laissa caresser par l’eau. Ce fut pour lui comme un baptême, une conversion, une révélation. L’espoir d’un renouveau.

Il ne vit pas le camion arriver sur sa droite tant il était émerveillé par cette foi subite qui l’inondait.

Sa mort fut belle.

 

Retour à l'accueil