Sur le sable, le drap de bain, les vêtements si joliment pliés, restent posés. Après l’agitation, les cris, la recherche, tout semble se figer. Même la mer calme sa vague.

                Personne n’a pensé à récupérer ce qui appartenait au couple.

                Il semble que ce soit appelé à disparaître, à se fondre dans les éléments, comme le château, les disputes, comme les décisions bonnes ou mauvaises. Une s’en va, l’autre reste. Quelle importance !

                Cependant, s’il y avait eu un curieux, il aurait pu trouver dans un coin de serviette, quelques explications, un papier, des mots.

                Personne ne l’a ouvert. L’encre comme tout le reste va se dissoudre dans un dernier remous.

                Demain un autre jour, d’autres vies, d’autres vagues et une double noyade comme fait divers.

Retour à l'accueil