"Je sais que maintenant je vais écrire.

Il vient un temps où l'arbre, après avoir beaucoup souffert, doit porter ses fruits. Chaque hiver se clôt dans un printemps. Il me faut témoigner.

Le cycle viendra après.

...Je ne dirai pas autre chose que mon amour de vivre. Mais je le dirai à ma façon.

D'autres écrivent par tentations différées. Et chaque déception de leur vie leur fait une oeuvre d'art, mensonge tissé des mensonges de leur vie.

Mais moi c'est de mes bonheurs que sortiront mes écrits.

Même dans ce qu'ils auront de cruel.

Il me faut écrire comme il me faut nager, parce que mon corps l'exige."

 

 

 

Lire Camus, une évidence.

Ecrire, une exigence.

Conjuguons ce verbe à tous les temps, par tous les temps.

 

 

 

Retour à l'accueil