Troisième trimestre

Je cherche le positif. Ne relève que du négatif: «  peu rigoureuse, superficielle » ; « très insuffisants » « nettement insuffisant ». Et parfois un peu d’espoir : « de la bonne volonté » « des progrès » en sport !

Pas d’observation. Simplement un « autorisé à redoubler dans la limite des places disponibles ».

Peu d’éléments sur ce bulletin. Où avais-je la tête ? Je ne sais.

Bilan : je n’ai pas redoublé, mais j’ai redoublé d’efforts pour réussir.

Pour conclure ce chapitre, je relis mes livrets scolaires. J’y retrouve les noms de certains professeurs que j’ai aimés, appréciés. Alors, reviens en moi, leur visage.

Il y a même sur un des livrets, celui du lycée, une de mes photos. Cela faisait si longtemps que je ne m’étais vue ainsi. Photo d’identité en noir et blanc. Un visage qui a été le mien mais il y a longtemps.

Et  quelques commentaires qui me poursuivront :

« De la sensibilité » « maturité » « gentille élève ayant de la personnalité » « élève vivante »

C’est sur ces réflexions qui tracent mon portrait d’aujourd’hui que je termine ce retour en arrière, ce retour sur moi.

Les carnets, bulletins, repartent d’où ils viennent, au fond d’un vieux cartable.

Pas encore l’envie de les jeter.

Et je pense à une pensée de Jules Renard que je viens de lire : «  Oh ! les vieilleries ! Vieilles lettres, vieux vêtements, vieux objets dont on ne veut pas se débarrasser. Comme la Nature a bien compris que, tous les ans, elle doit changer de feuilles, de fleurs, de fruits et de légumes, et faire du fumier avec les souvenirs de son année ! »

Retour à l'accueil