Sixième, second trimestre, les choses se gâtent.

 Français « Toujours insuffisant, surtout en orthographe » « des idées mais travail trop brouillon »  Histoire géo. « Bien dans l’ensemble » Langue vivante « l’ensemble est médiocre, il y a des efforts d’attention à faire »Algèbre Géométrie « travail trop superficiel. Résultats en baisse » Sciences « résultats insuffisants »

Tiens une nouvelle rubrique couture ! « Bien moyen » je le confirme, pas de progrès de ce côté-là !

Dessin cela se maintient « Assez bien » ;

Observation finale : « G a beaucoup dispersé son attention ce trimestre. Les résultats s’en ressentent ».

Mon observation : Comment s’est faite cette dispersion ? Sur quoi s’est-elle orientée ? Aujourd’hui je ne peux le dire. Ce que je sais c’est que je n’aimais pas apprendre, mais j’aimais lire, lire, lire, parfois en cachette. Je n’ai aucun souvenir de cette petite fille en sixième. Mais aucun doute il s’agit bien de moi.

Aujourd’hui, cette soif d’apprendre m’habite encore et encore même si parfois je bute, je trébuche, je pense renoncer !

Dire aussi qu’il y a des mots que l’on n’emploie plus. Médiocre, médiocrité… Nul n’est médiocre ! on ne peut que progresser ! partir du rien aller vers le meilleur c’est ce qui guide ma vie !

C’est vrai que j’ai peu avancé en langue, mon anglais est épouvantable. Mais en Chine, mon guide arrivait à me comprendre et me faisait même des compliments ! Ma revanche !

Je viens de lire un texte bouddhique sur l’importance du compliment, de l’éloge. Trop l’ont oublié ! C’est ce qui nous permet d’aller plus loin et comme le dirait une certaine chanteuse « aller plus haut ! ».

Retour à l'accueil