Même paysage, même couleur, que ceux traversés la veille.

Il fait chaud. Chaleur comparable à celle de nos étés. La piscine s’anime. Notre refuge à nous sera notre chambre.

Et puis ce sera une promenade dans les rues de la ville. Arrêt dans une pâtisserie : thé à la menthe, crêpe, corne de gazelle. Que de la douceur dans la lourdeur de la ville.

De nombreuses choses n’ont pas été notées dans mon carnet de voyage. Par contre, il y a des dessins, des collages, des couleurs. Tout ce qui rappelle que ces villes, je les ai traversées.

Je me souviens d’une conversation avec le concierge de l’hôtel. Elle tournait autour des yeux des femmes, miroir de l’âme et du comportement des jeunes marocains en France.

Ai noté plus loin dans mon journal : il y a des choses que l’on n’écrit pas ! le journal de voyage cache aussi des secrets. On en parlera peut-être un jour, peut-être ou jamais !

Ces secrets sont encore dans ma mémoire.

 

Retour à l'accueil