Mercredi 5 novembre. Le réveil l’indique.

Elle ouvre les yeux. Ce n’est pas un jour ordinaire. Elle le sait. Parfois ; il lui faut du temps, plus de temps pour sortir de sa nuit. Mais pas aujourd’hui. La date en rouge lui est presque inutile ce matin. Elle sait que c’est le jour. C’est comme une petite musique qui, tout à coup, vient vous saisir.

5 novembre, date anniversaire de la disparition de son mari.

Dix ans déjà que Lucien est mort. Dix ans. C’est long. L’anniversaire est triste mais c’en est un et elle tient à la tradition. A 13H30 précise, à l’heure de sa disparition, elle soufflera une bougie. Dix ans qu’elle maintient le lien. Un lien qu’elle ne veut pas encore rompre.

Bougie, blanche de préférence, devant la photo de Lucien, soufflée à 13h30 précise. Rien de plus.

Cette bougie, elle l’achète toujours au même endroit. Sans odeur si ce n’est celle de la cire qui fond.

A l’occasion, elle sort du placard la photo de Lucien. Un portrait en noir et blanc comme elle pense qu’on n’en fait plus aujourd’hui. Elle pose l’objet délicatement sur la table de la cuisine. Le temps de souffler la bougie, et il repart d’où il vient, dans le placard !

Perdue dans ses pensées, elle se laisse surprendre par la caresse du chat. Un va et vient contre sa peau ridée, une danse amoureuse. Ce chat, elle l’aime. Il a rendu le vide de l’appartement un peu moins vide. Il en comble un tout petit espace.

Lucien mort, elle a cru qu’elle ne saurait faire. Tout lui semblait insurmontable. Même vivre lui paraissait difficile. Il y avait, subitement, tant de questions. C’était stupide, elle le savait, mais la peur l’avait saisie. Cette peur avait pris la place de Lucien. Et elle l’avait laissée faire.

Et puis, un beau jour, comme un signe du ciel, ce chat était apparu. Et tout devint presque comme avant. Elle pensa au beau cadeau que Lucien, d’en haut, lui faisait. C’était lui ! elle en avait la certitude. Elle se signa, le remercia et prit le chat qui ne demanda pas mieux. Cette vie là valait autant que celle de Lucien. Elle s’y consacra corps et âme

En ce mercredi 5 novembre, elle fit tous les gestes quotidiens et à 13h30 précise fit son rituel. La bougie soufflée Lucien repartit d’où il venait. Et elle, elle s’installa pour déjeuner.

Retour à l'accueil