Nous quittons Hanoi le matin à 6h30.

Arrêt au marché aux fleurs, pour s’en inspirer. Puis, nous prenons l’avion pour Hué où nous attend un nouveau guide.

La chaleur est écrasante. La moiteur présente. Dès notre arrivée, nous allons visiter le tombeau du roi, puis la cité impériale. Les sites sont splendides. Ici, l’histoire du Vietnam marque sa présence et nous oblige à la regarder.

Beaucoup moins d’insistance à nous vendre des objets. C’est agréable.

Le soir, passage obligé, souper en costume d’époque. On choisit un empereur, une reine, et nous autres, nous voilà déguisés en mandarin. Je me prête au jeu mais ce n’est pas ce que je préfère. Je crains le ridicule.

Le repas est musical dans un décor grandiose.

Ai noté, je n’ai pas encore trouvé le calme du bouddhisme. C’était donc déjà ceci que j’étais venue chercher.

On fabrique à Hué de l’encens que l’on présente sous forme de bouquet. Les couleurs attirent regards et touristes : rose, jaune, rouge, vert Et puis aussi l’odeur, celle que l’on retrouve dans les temples, dans les cérémonies. L’odeur de l’offrande et du recueillement. Une petite fille, cinq ans, travaille avec application. Elle ne se laisse pas distraire par nos appareils photos.

Ai noté : la paresse commence à me peser. Je pense au retour.

Ce matin réveillée par la cloche à cinq heures.

Un autre lieu, un autre lit, mais un son familier!

Retour à l'accueil