La campagne est belle, ce sera bientôt l’heure des vendanges. Odeurs et couleurs font un subtil mélange. Mais cette campagne, elle est loin de son HLM. Presque l’ailleurs. C’est ce qu’il aurait pu écrire dans une rédaction si on le lui avait demandé. Mais personne n’en a eu l’idée.

A la cité, comme au lycée, il n’aime pas se faire remarquer. Ce n’est pas la peur qui le fait agir, mais simplement l’instinct. D’ailleurs, sa mère n’aimerait pas avoir de reproches Il lui doit bien ça. La vie est pas facile pour elle. Elle travaille jour et parfois la nuit à l’hôpital et passe son temps à panser les autres. Lui, il détesterait ça.

Lui, ce qu’il veut, c’est un bon travail, avec des horaires réguliers, un salaire conséquent. Il se verrait bien en costume cravate. Ce qui est sûr, c’est qu’il sera pas comme son père, cet imbécile qui les a quittés. Il veut être un bon père, de ceux que l’on voit parfois dans les films.

Quand il se regarde dans le miroir, c’est ce qu’il se dit ; même si il lui ressemble ! un même regard à ce que dit sa mère. Ne jamais être comme lui, un nul !

Souvent, il reste seul, enfermé dans sa chambre. A ne rien faire, à peine penser. Il aime ça, être allongé sur le lit et laisser filer l’ennui. Et cela aurait pu durer longtemps ainsi. Mais il a fallu que le regard d’une fille le chavire à jamais. Du haut de ses dix-sept ans, c’est à ce à jamais qu’il croit. Il est amoureux.

La fille, elle est dans sa classe. Au début, il ne l’a pas vraiment remarquée. Il n’avait pas la tête à ça. Tout s’est fait tranquillement. Il a découvert peu à peu sa beauté un peu étrange, planante même. Une beauté qui la rendait différente.

En cours, il a commencé à se mettre toujours à la même place, pas à côté, mais derrière elle. Il peut ainsi se perdre dans sa nuque si blanche.

Parfois, elle lui enlève ce plaisir. Ce n’est pas qu’elle change de place. Non ! c’est qu’elle laisse sa coiffure en désordre, l’empêchant de basculer dans son désir d’elle. Il lui en veut de le priver d’un spectacle qui embellit ses journées. Et puis rapidement, il lui pardonne. Il s’acharne alors sur ses cours. Il n’a jamais eu de si bonnes notes. Sa mère n’en revient pas.

Elle, elle ne se doute de rien, il est trop timide pour lui dire qu’il l’aime. Et l’année passe ainsi en rêve d’amour possible. Il prend son temps.

Un nouvel été arrive, il a dû trouver du boulot. On l’a embauché à la blanchisserie de l’hôpital. C’est dur, mais dans l’action, il ne pense à rien. Il oublie la blancheur d’une nuque et les regards échangés par hasard. La nuit, c’est avec elle qu’il s’endort. Et son souhait le plus cher, c’est que l’été se termine et que vienne le temps de la rentrée. Comme un enfant, il coche les dates sur le calendrier accroché au mur de sa chambre. Il note son attente. Lui donne sens. Il a déjà durant l’année scolaire souligné quelques dates importantes. Ces dates la concernent elle : sa fête ; une impression ; cheveux au vent ; absente ; regard ; échange ; a oublié son manuel …Et bien d’autres choses encore qui font battre son cœur.

Le jour de la rentrée, il se demande si elle verra qu’il est plus grand, plus fort. Cette année, il va lui dire qu’il l’aime et que sa vie à lui, c’est avec elle. Pour leur bonheur, il leur faudra partir. Il a eu le temps de murir son discours. Il n’a plus peur des mots à prononcer.

Ils ne resteront pas ici dans cette ville banale. Il a eu le temps de regarder les cartes. Le voyage se fera de nuit. Il veut partir comme le font les amants maudits. Ensemble, ils s’aimeront pour toujours. Elle ne devra jamais se couper les cheveux Il les aime tant ses cheveux relevés sur sa nuque si blanche.

Viens j’ai de grands projets pour nous. C’est ce qu’il aimerait lui dire ou lui écrire. Il n’os encore.

Il ne s’inquiète pas. Il a toute une année scolaire pour le lui dire : « Viens j’ai de grands projets pour nous ».

Il en est certain elle répondra : « moi aussi » !

Ce qu’il n’avait pas prévu c’est qu’elle ne serait plus là. Elle ne figure sur aucune liste. Sans qu’il l’ait prévu, elle a déjà quitté sa route.

Retour à l'accueil