Flash d’un jour

Un paquet de gitanes au sol. Une image heurte ma mémoire : celle de mon père. Et reste en moi l’odeur entêtante du tabac.

Une femme en noir me croise. Un bras cassé. Un bras voilé Où va-t-elle ?

La suivre.

Voiture qui roule n’amasse pas foule. Poussette qui roule. L’espoir. Allez réécouter la chanson de Ferré : « Dans le ventre d’une espagnole….il y a l’espoir qui gonfle qui gonfle… ».

Chocolat chaud. Café d’en face. Je t’y attends Le soleil est doux. Le chocolat comme l’attente : amers.

La ville en bus. La ville en fuite. La vie en courant…

Rêvé toute la nuit d’un voyage en train. Des tours et des détours. Au lever, neige et brouillard. En ces temps de régression on pense à d’autres trains.

A la même heure, il vient, arrête sa voiture sur le parking du cimetière. Il sort son fauteuil. Ouvre le portail en bois blanc et entre. Je l’imagine assis devant la tombe de celle qu’il aime encore et toujours. Un jour, c’est décidé, je vais aller m’asseoir à ses côtés.

Retour à l'accueil